La RPDC d'aujourd'hui
La lettre qu’il a reçue (3)
2023-12-08
Visite1422
Bon0


La lettre qu’il a reçue (3)


Ces jours-ci, dans le travail de Ko Mun Sik, sont opérés beaucoup de changements. Il a possédé les titres universitaire et académique à son jeune âge par des résultats distincts dans les travaux de traitements et de recherches scientifiques, et il a monopolisé l’amour et la croyance des gens non pas seulement de la section, mais de tout hôpital. Même dans la réunion de bilan de tout hôpital, son nom est toujours rapporté.
Mettant le dossier de la malade, Ko Mun Sik a tâtonné plusieurs fois les plans de traitement. Bien sûr, puisque la malade avait la décision farouche, on peut choisir une méthode facile. Pourtant, on peut diminuer la douleur physique de la femme, mais le sentiment, en tant que docteur, ne serait pas assuré. Une possibilité de 0,001 % doit être trouvée sans conditions pour ainsi défendre son bras et son avenir. Ce serait l’obligation originale du médecin, pensait-il.
Mais on ne peut jamais nier la conclusion médicale lucide.
Soudain, la parole de chirurgien en chef faite à la réunion de consultation a été revenue : Bien sûr, la malade nous a demandé de diminuer sa douleur actuelle. Mais, pensez-vous, si cette malade est votre lien de parenté ou votre vraie sœur cadette, est-ce que vous pouvez couper son bras ? Nous devons trouver le meilleur moyen quoi que ce soit.
Les paroles de chirurgien en chef ont vibré les cordes sensibles de Ko Mun Sik.
(Voilà. Si cette femme est mon lien de parenté, comment est-ce que je peux me décourager ? Il faut trouver la méthode rationnelle sans conditions.)